NOTE VETERINAIRE DU 24/04/2015

 

 

Faire courir un chien dans un environnement chaud peut avoir des conséquences désastreuses, immédiates ou différées.


Tout le monde connait le coup de chaleur : la température interne du chien monte tellement qu'il ne peut plus la faire diminuer par les moyens dont il dispose, notamment le halètement. Un coup de chaleur peut se produire très rapidement et la sensibilité d'un chien est complètement individuelle et peu prévisible.

 

Un effort en environnement chaud peut aussi avoir d'autres effets sur l'organisme du chien, notamment ce qu'on appelle une alcalose respiratoire (baisse de la pression de CO2 dans le sang), due à l'hyperventilation. Cette alcalose respiratoire
peut être responsable d'une baisse de la perfusion cardiaque, ou d'états de grande faiblesse notamment. Normalement, cette alcalose n'est que transitoire mais elle peut être dangereuse. Par ailleurs, l'organisme du chien peut parfois mettre plus d'une journée à retrouver son équilibre ce qui est très préjudiciable lors de courses à étapes et les courses ou peuvent être enchaînés, en respectant les délais réglementaires, canicross long et selon le cas soit canicross enfant, canimarche, ou canicross court.

 

Chaque chien est différent et certains supporteront mieux la chaleur que d'autres.
Cependant, il faut bien garder à l'esprit qu'un exercice en environnement chaud peut avoir des conséquences délétères non perceptibles par le propriétaire.

 

Selon Dominique Grandjean*, avec lequel j'ai eu l'occasion de m'entretenir il y a peu, à partir de 21°C, on sort de la zone de confort thermique du chien et il faut être vigilant.

 

Références :

  • Alexandre Costes, Impact de la chaleur sur le travail du chien de canicross, thèse de doctorat vétérinaire, 2010.
  • Matwichuk CL Taylor S, Shmon CL et al : Changes in rectal temperature and hematologic, biochemical, blood gas and acid-base values in healthy Labrador Retrievers before and after a strenous exercise, Am J Vet Res 60:80-92,1999.  
  • Steiss J, Ahmad HA, Cooper P et al : Physiologic responses in healthy Labrador Retrievers during field trail training and competition, J Vet Intern Med 18 : 147-151, 2004  
  • Steiss J, Wright JC : Respiratory alkalosis and primary hypocapnia in Labrador Retrievers participating in field trials in high-ambient-temperature conditions, Am J Vet Res 69 : 1262-1267, 2008.

 

 

Eléonore PETIT, chargée de la commission vétérinaire à la FSLC

 


* Dominique Grandjean:  Vétérinaire directeur de l’unité de médecine de l’élevage et du sport à l’Ecole vétérinaire de Maisons-Alfort et colonel à la brigade des sapeurs-pompiers de Paris en charge des équipes cynotechniques.